Accueil > Archives > A découvrir > Interview > Muse > Muse dans l’arène

Muse dans l’arène

Date de l'article : samedi 25 août 2007

Ils sont trois, indépendants, britanniques et jouent ensemble depuis 1994.

"Black Holes and Revelations" est le quatrième album de Muse, sorti le 3 juillet 2006, un peu plus d’un an après me voilà dans les arènes de Nimes, attendant patiemment de voir la prestation scénique de Matthew Bellamy, le chanteur/compositeur/guitariste/pianiste de Muse.

Nimes et ses arènes sont loin d’accueillir les 230 000 personnes du stade de Wembley qu’ils ont réunies le 17 juin dernier mais ces vielles pierres donnent une ambiance bien particulière.

La présence d’un piano à queue noir me fait espérer une belle démonstration du talent de Muse sur cet instrument.

En première partie nous avons l’honneur de découvrir un groupe californien, "THE BLOOD ARM" et son chanteur remplie d’énergie qui n’hésitera pas à prendre un bain de foule, à grimper aux barres des cotés de la scène, à faire monter sur scène des spectateurs ce qui fera la joie de Jonathan ou à dédicacer des chansons notement à Céline : "Céline, this song is for you, i love you Céline !".
Des californiens qui font de la musique anglaise car leurs chansons sonnent plus comme du Franz Ferdinand mais avec un petit coté charismatique à la Jim Morrison. Un groupe à découvrir donc ...
Vous pouvez voir le clip de leur tube actuel ici.

Ensuite, Muse se fait attendre, trop longtemps même, les olas dans les arènes, les cris et sifflements perdent de leur intensités au bout de quelques minutes et l’excitation faiblis ...

19 titres, plus de deux heures de show, 2 rappels, de quoi assouvir le bonheur des fans et du public entier.

J’aime beaucoup le titre « Muscle Museum » et particulièrement l’histoire du titre de cette chanson : « muscle » est le mot juste avant « muse » dans le dictionnaire anglais, et « museum » celui juste après.

Il se dégage chez Muse un style particulier,
un mélange de genre qui se ressent, d’une part par l’éducation classique que l’on trouve dans le piano (Rachmaninov, Wagner...), d’autre part par l’influence de groupe phare des années 80 voir 70 comme Queen, Abba, les Beach Boys, Prince, Pink Floyd ou Depeche Mode et d’autres plus récentes comme Rage Against The Machine ou Radiohead, comme un hommage à se qui existe et une naissance de se qui peut se mélanger.

En attendant un DVD annoncé avant Noël et un nouvel album pour la rentrée prochaine, vous pouvez voir sur Daily Motion plusieurs extraits de piètres qualités de leur concert à Nimes et ici et ci-dessous plusieurs photographies :




Morceaux joués :

Take A Bow
Map Of The Problematique
Hysteria
Supermassive Black Hole
Butterflies And Hurricanes
Hoodoo
Feeling Good
Apocalypse Please
Sunburn
Starlight
Invincible
Bliss
New Born
>>>
Soldier’s Poem
Unitented
Time Is Running Out
Stockholm Syndrome
>>>
Plug In Baby
Knights Of Cydonia