Accueil > Archives > Agenda Gersois > Conférences > Forum Social/Culture

Attention cet événement est passé.

Date de l'événement : Du 22 au 23 septembre 2014 - auch

Forum Social/Culture

Date de l'article : vendredi 22 août 2014

Si l’on demande à quel titre le soi est déclaré digne d’estime, il faut répondre que ce n’est pas principalement au titre de ses accomplissements, mais fondamentalement à celui de ses capacités, […] La question est alors de savoir si la médiation de l’autre n’est pas requise sur le trajet de la capacité d’effectuation.

Paul Ricœur, Soi-même comme un autre

Cette barre oblique, qui entaille entre social et culture dans l’intitulé de notre rencontre les 22 et 23 septembre prochains, déplace dans le vif de nos métiers la question de Paul Ricœur : Il n’y a pas d’évidence, pas de tracé, pas de bonnes pratiques ni de protocole de la dignité humaine.

La place croissante de l’évaluation de nos actions, pour autant nécessaire qu’elle soit, renforce encore cette prédominance de l’accomplissement sur la fertilité de nos capacités dont les potentialités discrètes n’entrent pas dans les comptes et les rapports.

Et que dire, ou plutôt que savons-nous des capacités précisément de ceux dont nous sommes censés combler les manques, réparer les dommages, compenser la vulnérabilité ou protéger la fragilité ?

Par ce titre nous voulons non pas opposer mais rendre visible une différence essentielle :

La construction d’un droit fondamental ne se réduit pas à la satisfaction d’un besoin fondamental.

Chacun de nous, acteurs sociaux ou culturels, sait cela profondément, mais l’urgence, ou l’usure, nos propres besoins de reconnaissance malmenés, les fissures de la solitude, le bruit du doute, menacent la qualité de l’attention que nous portons à l’autre.

Dans notre travail, que ce soit dans le champ social comme dans le champ culturel, dans l’accomplissement de notre tâche qui consiste, pour une part à répondre à une demande particulière, nous devons contribuer également à construire un sujet de droit.

Certes, mais en quoi les droits culturels apportent-ils une dimension nouvelle à ce discours convenu ? Comment les droits culturels se situent-ils par rapport à la Déclaration universelle des droits de l’homme ?

La conférence du 22 septembre développera entre autres cette question cruciale, mais on peut, par une métaphore vivante, aborder cette spécificité. Patrice Meyer-Bisch, membre du Groupe de Fribourg rédacteur de la Déclaration de Fribourg, compare la culture d’une personne à sa propre peau. Cette image indique le rôle vital d’interface de la culture comprise dans ce sens entre l’intime et l’extérieur.

« Sa culture » est donc l’ensemble des références de toute nature qui exprime l’humanité d’un être unique et donne sens à son existence.

Les droits culturels se comprennent ainsi comme le support même des droits fondamentaux.

La culture signifie donc le travail de construction du sujet avec et par sa socialisation, un travail de renforcement de ses capacités et de sa liberté : là où tous les droits peuvent prendre corps.

Cette définition rompt radicalement avec une conception essentialiste et les politiques sociales limitées à la notion d’accès à « la Culture » mais elle permet un rapprochement pertinent avec l’idée de « droit d’auteur » de sa propre identité …

Les droits culturels visent à garantir à chacun la liberté d’exprimer son identité culturelle mais également la liberté de s’en émanciper, de changer de peau, de choisir et faire siennes d’autres valeurs et de les interpréter dans la limite, comme pour toute liberté, des règles du vivre ensemble.

Cette approche personnaliste dispose que chaque droit est expressément individuel en même temps qu’il définit la relation à l’autre et met en correspondance une liberté et une responsabilité.

Chemin étroit de l’émancipation et de la dignité humaine de chaque personne, la reconnaissance des droits culturels s’affirme en 2001 par la Déclaration universelle sur la diversité culturelle adoptée par l’UNESCO, en 2007 par la Déclaration de Fribourg, et enfin par l’intégration en 2009 de l’observation nº 26 à la Déclaration universelle des droits de l’homme.

Historiquement les professionnels et les bénévoles du secteur social et du secteur culturel conjuguent leurs actions pour favoriser la création ou la préservation du lien social et les démarches d’émancipation, individuelles ou collectives.

A l’initiative du Conseil Général du Gers, La Direction Générale Adjointe Solidarité dans son ensemble, associée à la Direction Moyens Educatifs et Action Culturelle, a souhaité engager une réflexion autour de la promotion des droits culturels sur la base de la définition proposée par la Déclaration de Fribourg, adoptée le 7 mai 2007.

Soutenues dans cette démarche par l’ADDA 32, le Centre photographique de Lectoure, CIRCa et de nombreux partenaires unis dans ce projet, la DGA Solidarité vous invite aux

1ères Rencontres départementales des acteurs sociaux et culturels :

Conférence, forum ouvert, spectacles et expositions.

Lundi 22 septembre : Conférence « Les droits culturels dans l’action publique »
Dôme de Gascogne - Auch
Soirée Conférence-débat-spectacle : ouverte au grand public – entrée libre

20h00 0uverture officielle et présentation du Forum
Philippe Martin - Député, Président du Conseil Général du Gers

20h30 Conférence introductive : Les droits culturels dans l’action publique
Johanne Bouchard - Collaboratrice scientifique - Institut interdisciplinaire d’éthique et des droits de l’homme - Université de Fribourg
Raoul Lherminier - Vice-Président du Conseil général de l’Ardèche, délégué à l’éducation, l’enseignement supérieur, la formation et le logement
Echanges avec le public

22h00 Spectacle chorégraphique : éCLOSion - journal de corps féminins en détention
Cie Plume d’Elles - Toulouse
(durée 45 mn)

Mardi 23 septembre : Forum ouvert (*) « Action sociale, action culturelle, convergences et divergences » - Penser et agir au regard des droitsculturels
Chapiteau CIRCa - Auch
Forum à destination des acteurs sociaux et culturels, professionnels ou bénévoles – sur inscription uniquement (et avant le 12 septembre).
Suivez ce lien pour accéder au bulletin d’inscription en ligne. {}

08h30 Accueil - café

09h00 Introduction au Forum ouvert par l’animateur/facilitateur de la journée
Vincent Lalanne - Consultant - Spécialiste des politiques et des projets artistiques et culturels des Collectivités Territoriales et du secteur associatif.

09h30 Travaux en réunion plénière

10h45 Ateliers

12h45 Repas

14h15 Compte-rendu des ateliers et échanges en réunion plénière

16h00 Intervention provisoirement conclusive construite à partir des questionnements soulevés toute la journée
Jean-Paul Rathier - Responsable pédagogique du pôle Culture Santé en Aquitaine, professeur associé à l’Université de Bordeaux.

(*) Un "Forum ouvert" est un temps de rencontre et d’échanges non directifs destiné à co-produire entre les participants à la fois des questionnements et des pistes d’actions partagés.