Accueil > Archives > A découvrir > Photos / Report > Festival indépendance(s) et création > Festival indépendance(s) et création 2008, c’est fini pour cette année (...)

Festival indépendance(s) et création 2008, c’est fini pour cette année !

Date de l'article : lundi 20 octobre 2008

Voici un petit résumé de nos visites au festival.

Jeudi :

Rendez vous au théâtre pour le départ du festival. L’autre par Pierre Trividic et Patrick Mario Bernard. Beaucoup de monde...

Vendredi :

Direction le cinéma Lafayette pour le visionnage des films de l’école ESAV (École Supérieure d’AudioVisuel) de Toulouse. Des court-métrage entre 1 et 30 minutes.

Je vous invite à allez voir ces films pour soutenir ces jeunes cinéastes, réalisés pendant leur cursus. Certes cela n’aura pas la même qualité qu’un réalisateur exerçant depuis plus 40 ans (quoi que...), mais cela vous permet de mieux comprendre le processus créatif qui est nécessaire à l’élaboration d’un film. Et même si la durée est courte, elle permet néanmoins de faire passer un sentiment, une histoire....

Les films présentés :

- Dans ma boite animation, 2.40min de Agnès Duroyaume
- Trou de mémoire animation 6min de Agnès Duroyaume
- Ex nihilo fiction 3min de Laure Larrieu
- Loup y-es-tu ? fiction 3min de Lola Pion
- Narcissus fiction 20min de Eliane Vigneron
- Lope et Irene fiction 14min de Léa Hernandez
- Comme un chien documentaire 27min de Antony Martin
- Biodiversité velocipédique documentaire 8min de Bertrand Leduc

JPEG - 37.8 ko

Je vous conseille de voir : Mascarades de Lyes Salem

- Pour ceux qui n’ont pas peur au yeux et le bien cœur bien accroché : The chaser de Na Hong-Jin

Samedi :

- 9,99$ : un film d’animation qui navigue entre gaieté et tristesse, un humour Anglais comme on les aime.

Dimanche :

On prend son courage à deux mains et c’est parti, la salle se rempli peut à peu ce dimanche, il fait un froid de canard pour rester dehors !

- My magic de Eric Khoo : un film émouvant entre un père et son fils, où la magie permet de resserrer leurs liens.

- Un tir dans la tête de Jaime Rosales : ou comment être pris en otage par un réalisateur ! Un film non conventionnel qui ne laisse par indifférent, non pas par l’histoire mais par le choix de la prise de son. A vous de le découvrir, si vous en avez le courage.

Bilan :

Ce festival ose montrer des films loin du circuit commercial classique. Cela nous permet de se retrouver déstabilisé car voir un film sans idée reçue ou commentaire n’est pas si courant.
La présence d’invités (acteurs, réalisateurs, distributeurs ...) amène le spectateur à se plonger plus en avant du film en ayant un débat sur le film.

A l’année prochaine !!!


JPEG - 37.8 ko