Accueil > Archives > A découvrir > Interview > Sidilarsen > Live report : SIDILARSEN + MASS HYSTERIA + UNDERGANG

Live report : SIDILARSEN + MASS HYSTERIA + UNDERGANG

Date de l'article : mercredi 12 décembre 2007

Live report : SIDILARSEN + MASS HYSTERIA + UNDERGANG

Sidilarsen apparait sur scène avec la tonalité du sampler qui annonce le premier morceau (Sidistation). Didou, le chanteur, slame dès les premières minutes du set. Les riffs guitares acérés sont conduits par la grosse caisse tels une locomotive et ses wagons. Les machines entrent alors en piste pour appuyer la puissance sonore et vocale du combo. Les premières notes du morceau (La morale de la fable) retentissent : le public, peu présent, mais peuplé de fans, se déchaine. Trois nouveaux morceaux sont présentés lors du set. Ils sont très électro rock avec des paroles très directes (Acide occident). Une reprise de Prodigy se fait aussi entendre (Breathe) et Mouss, le chanteur des Mass Hysteria, vint poser sa voix auprès des deux vocaux de Sidi. Cette reprise est électrisée et électrisante. Après un rappel honoré avec ferveur, Didou applaudit le public en remerciement de sa présence.

Le fond de scène est couvert d’un rideau ou l’image du dernier album [Une somme de détails], une jeune femme nue aux bras ouverts et aux supposées ailes d’anges. L’entrée des Mass Hysteria sur scène se déroule sous l’impulsion sampler batterie (Contradiction). Le public est alors attisé par un Mouss revendicateur : le feu commence sous la demande du chanteur (Attracteurs étranges). S’enchainent alors les morceaux sous une batterie « rouleau compresseur » où les machines et les guitares sont complémentaires (Babylon). Le public est sous emprise et « la masse » réagit aux attentes de son maitre : des vagues humaines déferlent (J’aime le monde). La transe entre en jeu avec le leitmotiv de Mass (Knowlegde is Power) délivrant un public à vif. Le temps de reprendre son souffle sur le passage remarquable et captivant des percussions à 4 tomes basses (Aimable à souhait), Mouss branche la foule qui lui répond par « Toulousain » affirmé. Lors du rappel, une slameuse est accueillie sur scène pour un duo improvisé. C’est annonciateur d’une vingtaine de furieux invités à partager leur pas de danse « le plus pourri » (Respect to the dance Floor) avec un retour dans la salle en slam. Un final unique où Mass et Sidi revendiquent sans concession et toujours au taquet la fin du set (Furia).

Suprise en cette fin de soirée !!! Le bikini est quasi désert après la prestation des Mass. Apparais alors derrière ses machines et ses platines, Mr Undergang. Il nous livre alors un set authentique et unique. Seul sur scène, il multiplie les enchainements électro avec un chant rageur toujours bien placé. Sur certains des morceaux, il passe derrière sa batterie ajoutant ainsi une dimension supplémentaire de son set. Même un rappel sera réclamé où sera alors distillé les derniers morceaux avec toujours autant d’énergie.

Une soirée riche en rebondissements où les Sidilarsen montrent un nouveau visage, les Mass ont été hallucinants d’envie et d’énergie et Undergang a converti à sa cause les résistants de cette fin de soirée.