Accueil > A découvrir > Interview > Interview - Basement

Interview - Basement

Date de l'article : mercredi 12 décembre 2007

Live Report : Basement

Devant trop peu de personnes, Basement fait son retour sur scène après sept ans d’absence. Le live set est toujours sans concession, rappelant les fantômes d’une époque pas si lointaine tels que Helmet, Portobello Bones ou Shovel. Les morceaux se succèdent alors suivant des structures où l’art du break est vital. La voix est plus que rageuse sur des rythmes batterie puissants et dominateurs. Les riffs guitares sont acérés soutenus par la présence d’une basse déterminée.

Après le set, une petite rencontre s’imposait et c’est avec plaisir que Basement a répondu à quelques questions.

Pourquoi un break de sept ans ?

Il y eut du changement dans la vie du groupe suite à une naissance. Mais on jouait toujours, créant des nouvelles idées, travaillant sur des nouveaux plans de morceaux. Une envie évidente et naturelle de reprendre la route est née, mais avec une deuxième guitare au sein du groupe.

Comment avez rencontré ce nouveau guitariste ?

On se connaissait de vue, mais la vraie rencontre fut lors du montage du studio de répétition à Libourne. Et le voilà parmi nous aujourd’hui.

Parlez-moi de votre album.

« Everything gets distorted » est autoproduit sous le label de Fumel (47) After Before et est composé de 8 morceaux. Il est seulement en vente en VPC. Il a été enregistré au studio Le Chalet (Bordeaux)

Concernant votre tournée actuelle ?

Elle a débuté en septembre en France avec quelques dates en Espagne en novembre. La Belgique et la Suisse vous nous accueillir prochainement. Mais Basement projette de jouer en Allemagne, en Italie, mais aussi les États-Unis.

Pour finir, petit tour sur vos platines ?

Sabine (Bassiste) : PJ HARVEY (White Chalk)

Chris (Guitare/Voix) : From Monument to Masses (Schools of Thought Contend)

David (Batterie/Voix) : Unsane (Visqueen)

Merci.