Accueil > Archives > A découvrir > Interview > Orchestre départemental pour le Gers > Orchestre Départemental pour le Gers

Orchestre Départemental pour le Gers

Date de l'article : vendredi 2 novembre 2007

Un Orchestre Départemental pour le Gers

un extrait audio de l’une des pièces du programme :
- Fete populaire - extrait de Roumaniana de Jean Absil.

http://ruchemania.fr/IMG/mp3/05_Fete_Populaire (...)

En créant l’Orchestre Départemental du Gers en 2005, l’Adda 32 et le Conseil Général ont cherché à répondre à plusieurs objectifs :

-  Valoriser le savoir-faire des enseignants du réseau départemental d’enseignement musical. Ce sont en effet les professeurs des écoles de musique qui constituent près de la moitié de l’effectif de l’orchestre.
-  Offrir au public, mélomane ou non, des prestations orchestrales de très grande qualité.
-  Mettre en valeur les qualités musicales d’une formation orchestrale – l’orchestre d’harmonie - très pratiquée par les musiciens gersois, mais trop souvent considérée comme une pratique de second rang.
-  Fédérer les structures d’enseignement musical autour d’un projet motivant. Sans créer de contrainte supplémentaire aux écoles, l’orchestre est un lieu de rencontre et d’échanges entre enseignants.
-  Conforter l’installation des enseignants sur le territoire gersois en leur permettant d’accéder à une pratique d’ensemble de qualité, activité essentielle pour un musicien.
-  Permettre à des élèves du 3ème cycle gersois de vivre des expériences musicales à domicile, en complément des formations proposées dans le cadre de leur cycle d’études par leurs conservatoires.

D’une session à l’autre, l’ODG est ainsi composé d’environ 50 musiciens :
-  30 professionnels – rémunérés sur une base forfaitaire (env la moitié des tarifs syndicaux)
-  15 élèves de niveau 3ème cycle pris en charge (participation aux frais d’inscription en CNR/ENM)
-  5 amateurs - défrayés

Un orchestre d’harmonie en Midi-Pyrénées
La spécificité de la pratique musicale gersoise est d’être une terre d’instruments à vent, par tradition, par goût, par transmission culturelle.
Les Sociétés musicales y sont encore très présentes, au point de fédérer l’essentiel du réseau des écoles de musique. Elles proposent partout des pratiques collectives reposant sur l’orchestre d’harmonie, mais ont également vu fleurir depuis longtemps les bandas et fanfares de rue dont les qualités musicales sont parfois étonnantes.
Le choix d’un orchestre départemental basé sur l’effectif habituel de l’orchestre d’harmonie s’imposait donc.

Et au regard de la qualité musicale des 3 premières sessions, l’ODG possède toutes les qualités pour occuper, à sa mesure d’ensemble non-permanent, une place de référence dans l’offre de diffusion musicale à l’échelle régionale sur ce domaine artistique spécifique.
Pour la 1ère fois depuis sa création, l’ODG sortira du département gersois pour donner un concert dans le lieu prestigieux qu’est l’auditorium Saint-Pierre des Cuisines à Toulouse, le 7 janvier 2008.

Historique

1ère Session : automne 2005

concerts : 30 octobre Auch – Maison de Gascogne
10 novembre Samatan – Halle aux Grains
programme : Portrait of Spain de Teo Aparicio Barberan
Original Circus de Jérôme Naulais
Mexican Pictures de Franco Cesarini
Prélude à l’après midi d’un faune de Claude Debussy - arrangé par Roger Boutry
Danses arméniennes — 2nde Part d’Alfred Reed

2ème Session : printemps 2006
concerts : 7 mai Condom – Salle de Montesquiou
8 mai Plaisance – Chapiteau Circuits
programme : Cuban Overture de Georges Gerschwin
El bosque magico de Ferrer Ferran
Earth, Water, Sun, Wind de Philip Sparke

3me Session : automne 2006
concerts : 5 novembre Mirande - Salle Beaudran
12 novembre Cazaubon – Pôle culturel
programme : Musique funèbre maçonnique de Wolgang Amadeus Mozart
Ouverture du Carnaval Romain de Hector Berlioz
Symphonie Fantastique de Hector Berlioz

Orchestre Départemental du Gers
4ème Session
automne 2007 – hiver 2008
Vent d’Est

Clin d’œil à la coopération entre la Moravie du Sud (République tchèque) et le Gers, la quatrième session de l’ODG débutera le 1er novembre prochain. Les musiciens se retrouveront à l’institut Saint Christophe de Masseube pour trois jours de répétitions.
Trois concerts sont ensuite donnés dans le Gers en 2007. et un concert à l’auditorium Saint-Pierre-des-Cuisines à Toulouse, le 7 janvier 2008 à 20h30.

Programme

Jean Absil Roumaniana (15 mn)
Zoltan Kodaly Peakock variations (30 mn)
Franco Cesarini Danses bulgares (5 mn)

Ces trois œuvres ont toutes été écrites par des compositeurs et arrangeurs du XXè siècle, affirmant une passion pour les orchestres d’harmonie. Puisant leurs inspirations dans le répertoire traditionnel hongrois, bulgare ou roumain on retrouve la virtuosité des anches, les sons feutrés des cuivres et les roulements en ritournelle des percussions.

Répétitions à l’Institut Saint Christophe de Masseube
Jeudi 1er novembre 14h30 – 22h30
Vendredi 2 novembre 10h00 – 22h30
Samedi 3 novembre 09h30 – 13h00

Concerts

SAINTE DODE 4 novembre 2007
Salle des fêtes 17h
Tarif unique : 10 € ( gratuit moins de 12 ans)

SAMATAN 10 novembre 2007
Halle aux Grains 21h
Tarif plein : 12 € / tarif réduit : 10 €

NOGARO 18 novembre 2007
Salle des animations 17h30
Tarif plein : 12 € / tarif réduit : 10 €

TOULOUSE 7 janvier 2008
St Pierre des Cuisines 17h30

Partenaires

Conseil Général du Gers, Région Midi-pyrénées, Direction régionale des affaires culturelles, , les Villes de Nogaro, Samatan, Toulouse, la Communauté de Communes Hautes Vallées de Gascogne, Le Clan ( Nogaro), Le Grain à moudre ( Samatan), La Lyre Miélanaise, La Fédération des Sociétés Musicales du Gers, L’Atelier Musical d’Auch, La Caisse d’Epargne de Midi-Pyrénées.

Renseignements : Françoise Lamarque - Adda 32
05 62 67 47 49 – addagers cg32.fr

Les Œuvres

Roumaniana de Jean Absil

L’auteur fait appel au folklore des régions roumaines de Craïova, de Caracal, de Succava, de Pascani, de Resini, et de Banat. Cette suite finit en apothéose par des influences de musiques populaires notamment à travers une danse traditionnelle appelée le "Sirba" qui s’enchaîne à une seconde danse extrêmement vive demandant une grande virtuosité, évoquant les orchestres tziganes, très nombreux en Roumanie.

Jean Absil

Jean Absil est un compositeur et professeur de musique, né à Bon Secours le 23 octobre 1893 et décédé à Uccle le 2 février 1974. Etudiant à l’École Saint-Grégoire à Tournai, élève d’Alphonse Oeyen et organiste à la Basilique de Bon-Secours, Jean Absil fréquente ensuite le Conservatoire de Bruxelles (1913), où il suit entre autres les cours de Paul Gilson (orchestration et composition). En 1922, il gagne le second Prix de Rome avec sa cantate La Guerre, et devient professeur d’harmonie pratique au Conservatoire de Bruxelles. Très vite, il s’écarte des conceptions de son maître quant à l’orchestration et s’oriente vers la création contemporaine, avec laquelle il prend contact à l’occasion des Concerts Pro Arte. Compositeur rigoureux et curieux de toutes les tendances nouvelles dans l’art du son, il réunit en une synthèse l’Ecole française, Stravinsky, Bartók, la musique polytonale, atonale et sérielle. Le compositeur invente des modes inédits qu’il renouvelle d’une œuvre à l’autre. De ces modes naissent des accords qui, pour être différents des accords classiques, n’en sont pas moins pourvus comme ceux-ci de significations expressives de tension et de repos. Son catalogue comprend pas moins de 175 numéros d’opus. Il publie de nombreuses œuvres de musique de chambre (il s’intéresse à des instruments originaux dans l’orchestration classique comme la guitare ou le saxophone), un Concerto pour violon, trois concertos pour piano, cinq symphonies. Il publie aussi de très nombreux chœurs (26 recueils) : Alcools, Les chants de mort, Le cirque volant, Album à colorier, une comédie musicale, Le chapeau chinois, sur un texte de Franc-Nohain, et des œuvres symphoniques. Dans Le Zodiaque, se fondent les formes du concerto, de la symphonie et de la cantate.

Peacock Variations de Zoltan Kodaly arrangement de Jan Cober

Le compositeur hongrois Zoltan Kodaly (1882-1967) basait pratiquement toutes ses compositions sur la musique populaire hongroise, tout comme son compatriote et contemporain Béla Bartok. Pour ses "Variations sur le paon" (1939) il emprunte la mélodie d’une des plus vieilles chansons populaires du patrimoine hongrois "Felszallott a Pava", qui en hongrois signifie « paon », et compose nombre de variations sur le thème principal. Le chef d’orchestre et arrangeur Jan Cober a réalisé une version pour orchestre d’harmonie fidèle à la lettre de cette œuvre et de très grande qualité.

Zoltan Kodaly

Il naît en 1882 à Kecskemét, dans la Grande plaine hongroise. Il étudie à l’Académie de musique de Budapest. Très tôt, en 1905, il entreprend des collectes de musique populaire. L’année suivante, il convainc Béla Bartók à faire de même. En France, il rencontre Debussy dont il va retirer les leçons. Ses multiples activités de compositeur, d’enseignant, de musicologue, de vulgarisateur, de collecteur de musique populaire le font considérer par les Hongrois comme le compositeur le plus important de son pays. Malgré les crises politiques nationales, Kodaly a su garder son indépendance de pensée et d’action. Il est aussi pédagogue et a ainsi pu former nombre de ses élèves aux bienfaits de la connaissance de la musique populaire, élèves qui ont essaimé dans les villes hongroises les principes de sa méthode d’enseignement, dès le plus jeune âge. Kodály a créé un œuvre chorale très importante en nombre et en qualité, d’une grande variété : chants de la vie quotidienne, chansons enfantines, chants d’amour, chants d’inspiration religieuse, politique ou historique, chants sur des poèmes de grands poètes hongrois (Tableaux de Matra - 1931 - Ceux qui sont en retard - 1934 - Les filles norvégiennes - 1940 - l’Hymne de Zrinyi - 1954 - pour ne citer que quelques chœurs). Toute sa vie a été marquée par le grand dessein qu’il considérait comme un devoir de réaliser : une étude scientifique des mélodies populaires de la Hongrie, comme son ami Bartók. Mais contrairement à celui-ci, son travail est resté national, alors que Bartók tendait à l’universel.

Danses Bulgares de Franco Cesarini

Cette rhapsodie libre en quatre mouvements développe plusieurs chants traditionnels de Bulgarie. Ces chants sont porteurs d’une tradition millénaire remontant aux sources de la mystérieuse civilisation des Thraces, puis à l’antique Byzance. D’abord monodiques, puis diaphoniques, ils sont uniques par les dissonances qui les caractérisent. L’utilisation de rythmes irréguliers complexes, mais séduisants, suscite une réelle fascination. Et tout en restant fidèle à l’esprit originel de ces chants, Franco Cesarini a développé, enrichi et adapté les idées musicales à la richesse de la palette sonore des orchestres d’harmonie d’aujourd’hui.

Franco Cesarini

Franco Cesarini est né en 1961 à Bellinzona en Suisse. Il entame sa formation musicale au Conservatoire de Milan (Italie), où il étudie la flûte traversière et le piano. Il a remporté plusieurs concours en tant que soliste ou chambriste, notamment le premier prix du concours récompensant le meilleur soliste de Suisse en 1981. Actuellement, il enseigne la direction d’orchestre d’harmonie au Conservatoire de Zurich. En parallèle à ses activités de compositeur et d’arrangeur, Cesarini dirige également les "Civica Filarmonica" de Lugano et de Balerna. Franco Cesarini est un compositeur particulièrement polyvalent. Son catalogue comporte non seulement des pièces pour orchestre d’harmonie et brass band, mais aussi des compositions pour ensemble de musique de chambre, pour divers instruments solo, pour choeur, orchestre à cordes et orchestre symphonique. La plupart de ses oeuvres ont déjà été enregistrées et sont disponibles en CD.

Direction artistique et musicale


Jean Guy Olive
Directeur musical

Percussionniste et contrebassiste, il effectua ses études au Conservatoire de Toulouse où il obtint la médaille d’Or en formation musicale, musique de chambre, contrebasse, et direction d’orchestre entre 1994 et 1997. Il compléta sa formation par des études d’écriture et fut l’élève de Jean Sébastien Béreau au CNSM de Paris. Son cursus se termina en 1998 par l’obtention du DE de direction d’ensemble à vent.
Jean Guy est aussi chargé de la direction des classes d’orchestre du CNR de Toulouse et de l’ENMD de Blagnac et a aussi dirigé l’orchestre de chambre de Toulouse.

Joël Lassus
Chef assistant

Titulaire des Diplômes d’Etat de direction d’ensemble à vent en 1998 et de clarinette en 2000, Joël est tout récemment nommé à la direction pédagogique de l’Ecole de Musique de Condom. Musicien reconnu, il pratique différents répertoires du New Orleans avec les Coktails jusqu’au classique avec l’orchestre national du Capitole ou encore dans un registre plus intimiste de musique de chambre. Il parcours le Gers pour enseigner la clarinette ou diriger les classes d’orchestre de Fleurance à Estang en passant par Ste Christie d’Ac.
Joël est aussi formateur auprès des professeurs exerçant dans le Lot pour la direction d’orchestre.

Barnabé Wiorowski
présentation

Titulaire du D.E. de Tuba, professeur dans les écoles de musique du Terroir de d’Artagnan et de la Communauté de Communes Lomagne Gersoise, compositeur et auteur notamment de la comédie musicale Tubolix.
Parallèlement, Barnabé accompagne le chanteur Dick Annegarn depuis trois saisons en tournée nationale.

Composition de l’Orchestre

Flûtes

Cécile Bruned, élève gersoise en 3ème cycle au Conservatoire à Rayonnement Régional de Toulouse, début à l’Ecole de musique de Masseube
Anne Gonzales, professeur de flûte traversière à l’Ecole de Musique d’Aubiet et de Mirande, 1er prix au Conservatoire à Rayonnement Régional de Toulouse, titulaire du Diplôme d’Etat
Emilie Marc Rigal, élève gersoise en 3ème cycle au Conservatoire à Rayonnement Régional de Toulouse, début à l’Ecole de musique d’Auch
Noémie Van Aerschodt, élève à l’Ecole de musique de Nogaro, flûtiste amatrice

Hautbois et Cor anglais

Angélique Darieu Merlou, musicienne professionnelle à l’armée de terre de Toulouse
Yoanne Gillard, 1er prix au Conservatoire à Rayonnement Régional de Toulouse, titulaire du Diplôme d’Etat
Gilles Rimauro, hautboïste amateur

Clarinettes

Isabelle Bacquey, titulaire du Dem au Conservatoire à Rayonnement Régional de Bordeaux, musicienne professionnelle à l’armée de l’air de Bordeaux
Pascal Bazillou, clarinettiste amateur
Anaïs Beyze, élève de l’Ecole de musique d’Eauze, clarinettiste amatrice
Manon Dular, élève de l’Ecole de musique de Nogaro, clarinettiste amatrice
Nicolas Dupeyron, élève en 3ème cycle au Conservatoire à Rayonnement Régional de Toulouse
David Galasso, professeur de clarinette à l’Ecole de Musique de l’Isle Jourdain, titulaire du diplôme d’Etudes Musicales obtenu au Conservatoire à Rayonnement Régional de Toulouse et du Diplôme d’Etat
Lola Lacome, élève en 3ème cycle au Conservatoire à Rayonnement Régional de Toulouse
Joël Lassus, directeur des Ecoles de Musique de Condom et d’Estang, professeur de clarinette à l’Ecole de musique de la Communauté de Communes de la Lomagne Gersoise, 1er prix au Conservatoire à Rayonnement Régional de Toulouse, titulaire du diplôme d’Etat de clarinette et de direction d’ensemble à vent, chef assistant de l’Orchestre Départemental du Gers
Mathieu Larrieu, titulaire du Dem au Conservatoire à Rayonnement Régional de Bordeaux, musicien professionnel à l’armée de l’air de Bordeaux
Guillaume Paes, musicien professionnel à l’armée de terre de Toulouse
Gaël Pautric, professeur de clarinette dans les écoles de musique d’Aubiet et de Samatan, 1er prix de clarinette au Conservatoire à Rayonnement Régional de Toulouse

Bassons

Etienne Frasca, titulaire du DEM obtenu à l’Ecole Nationale de Pau
Frédéric Meunier, élève en 3ème cycle à l’Ecole de Nationale de Pau

Saxophones

Valérie Coustou, professeur de saxophone à l’Ecole de musique d’Auch
Camille Bertrand, professeur de saxophone dans les écoles de musique de Montréal du Gers élève et Masseube en 3ème cycle au Conservatoire à Rayonnement Régional de Toulouse
Pascal Ducournau, directeur de l’Ecole de musique de Ste Christie d’Ac, professeur de saxophone à l’Ecole de musique de Riscle, Estang et Eauze.
Vincent Duro, titulaire du Dem au Conservatoire à Rayonnement Régional de Toulouse
Eric Lenorman, élève en 3ème cycle au Conservatoire à Rayonnement Régional de Toulouse
Marie Evelyne Pellizarri, professeur de saxophone à l’école de musique de Jégun, titulaire du Dem au Conservatoire à Rayonnement Régional de Toulouse

Trompettes

Laurent Chabot, professeur de trompette à l’Ecole de musique du Terroir de d’Artagnan
Adrian de Aguiar, professeur de trompette à l’Ecole de musique de Condom
Vincent Blesz, directeur de l’Ecole de Musique de la Communauté de Communes de la Lomagne Gersoise, 1er prix de trompette au Conservatoire à Rayonnement Régional de Metz, titulaire du Diplôme d’Etat
Raphael Mateu, élève en 3ème cycle au Conservatoire à Rayonnement Régional de Toulouse
Jean Louis Salvaire, directeur de l’Ecole de Musique de L’Isle Jourdain, 1er prix de trompette au Conservatoire de à Rayonnement Régional de Toulouse
Fabien Versavel, titulaire du Dem obtenu au Conservatoire à Rayonnement Régional de Toulouse

Cors

Pierre Escriva, élève en 3ème cycle au Conservatoire à Rayonnement Régional de Toulouse
Etienne Forcé, titulaire du Dem obtenu au Conservatoire à Rayonnement Régional de Toulouse
Jean Pierre Soules, 1er prix de cor obtenu au Conservatoire à Rayonnement Régional de Toulouse
Sylvain Thomas, corniste amateur

Trombones

Delphine Martinez, titulaire du Dem obtenu à l’Ecole Nationale d’Agen
Laurent Péré, directeur de l’Ecole de Musique d’Auch
Thierry Sterna, directeur de l’Ecole de Musique de Valence sur Baïse, professeur de trombone à l’Ecole de Musique de Condom

Euphoniums

Julien Cousteil, élève en 3ème cycle au Conservatoire à Rayonnement Régional de Toulouse
Florian Saubois, professeur de tuba à l’Ecole de Musique de Condom, Ste Christie d’Ac, élève en 3ème cycle au Conservatoire à Rayonnement Régional de Toulouse

Tubas

Caroline Decours, titulaire du diplôme universitaire du musicien intervenant
Barnabé Wiorowsky, professeur de tuba dans les Ecoles de Musique du Terroir de d’Artagnan (Vic-Fezensac, Lupiac, Montesquiou), et de la Communauté de Communes de la Lomagne Gersoise, et à Eauze, 1er prix de tuba au Conservatoire à Rayonnement Régional de Toulouse, titulaire du Diplôme d’Etat

Contrebasse à corde
Julien Grostin, élève en 3ème cycle au Conservatoire à Rayonnement Régional de Toulouse

Percussions

Xavier Bluhm, titulaire du Diplôme d’Etudes Musicales obtenu au Conservatoire à Rayonnement Régional de Toulouse
Mathieu Daubos, titulaire du Diplôme d’Etudes Musicales obtenu au Conservatoire à Rayonnement Régional de Toulouse
Lucas Mazeres, 1er prix de percussions au Conservatoire à Rayonnement Régional de Toulouse, professeur dans les Ecoles de Musique de L’Isle Jourdain et de la Communauté de Communes de la Lomagne Gersoise
Kentsuké Momoï, élève en 3ème cycle au Conservatoire à Rayonnement Régional de Toulouse
Mickaël Torren, élève en 3ème cycle au Conservatoire à Rayonnement Régional de Toulouse, professeur à l’Ecole de musique du Terroir de D’artagnan

Harpe

Eléna Seyller, professeur de harpe et formation musicale à l’Ecole de Musique de L’Isle Jourdain, 1er prix au Conservatoire à Rayonnement Régional de Toulouse