Accueil > Infos locales > Gers : 1977,la grande inondation

Gers : 1977,la grande inondation

Date de l'article : jeudi 6 juillet 2017


Michel Douste Baqué nous parle de la journée hommage :

C’était il y à quarante ans .Les inondations de 1977 en Gascogne, engendrées par des précipitations inhabituelles provoquant la crue des cours d’eau des bassins versants situés au cœur de la région, ont occasionné des pertes humaines et des dégâts matériels sans précédent pour ce type d’événement dans cette partie du bassin aquitain et révélé le caractère insuffisant du système de prévention et l’inadéquation de la structure agro-hydrologique gasconne.

Retour sur cette journée du 8 juillet 1977 : (source wikipédia / youtube)

Après un printemps frais et pluvieux dans la région, des orages localisés alternent, depuis le début du mois de juillet, avec des journées de forte chaleur. Dans la nuit du 6 au 7 juillet les secteurs de Marmande et Condom connaissent d’importantes précipitations. La pluie tombe sans discontinuer sur toute la Gascogne depuis la soirée du 7 juillet : dès 19 heures, des paquets de cumulonimbus s’amassent au pied nord des Pyrénées et à 21 h, une progression est constatée du sud-ouest vers le nord-est de la Gascogne, du plateau de Lannemezan à l’est de la Baïse jusqu’au bassin moyen de la Save. L’intensité des abats d’eau est telle que, en 5 heures, les villes de Castelnau-Magnoac et L’Isle-en-Dodon sont noyées sous 100 millimètres de pluie.

Le 8 juillet à 3 heures du matin, la Save, transformée en torrent, ravage le village de vacances de L’Isle-en-Dodon. Cinq personnes trouvent la mort. Les vacanciers trouvent refuge dans les arbres du camping. La ville d’Auch n’est alertée qu’à 7 heures du matin, alors que le Gers a déjà dépassé la côte d’alerte de plus d’un mètre cinquante. Les villes de Masseube, Mirande, Lombez, Saramon, L’Isle-Jourdain, Lombez, Fleurance, sont menacées par la montée du niveau de la Baïse, de la Save, de la Gimone et du Gers (4 mètres 14 à Auch dès 9 heures du matin). Les services météorologiques publient, à 10 heures, pour les Gaves, l’Adour, l’Ariège et la Garonne (dans ses parties supérieure et moyenne), un avis de pré-alerte indiquant (toujours a posteriori) les chutes d’eau occasionnées lors des douze dernières heures par un corps pluvio-orageux stationné sur l’Ariège et les Pyrénées centrales. La Gascogne est oubliée.

Or, la pluie redouble d’intensité. À 9 h, la cote du Gers à Auch est de 4,37 m, atteignant dès 12 heures le niveau de la crue de 1952 (5 mètres 15). Le Gers qui, remontant par les égouts, a déjà envahi les rues de la basse ville autour de la « Patte d’oie », voit son débit augmenter de manière soudaine (1 mètre par heure) et importante (7 mètres 76 à 15 heures 40), gonflé par ses affluents, le Sousson et le Cédon : la basse ville est dévastée et coupée de sa partie haute, la crue ayant emporté deux ponts de la ville (pont Saint Pierre). Le Gers amorce sa décrue sur la ville dès 16 heures, toutes pluies ayant cessé sur la Gascogne. Cinq personnes sont tuées sur la ville d’Auch et 5000 y sont sinistrées.

Suivant sa course folle vers la Garonne, le Gers emporte sur son passage la petite ville de Montestruc pendant que les autres rivières inondent les plaines alluviales, arrêtées uniquement par les contreforts des coteaux de Gascogne. C’est ainsi que la station thermale de Castéra-Verduzan est ravagée en une heure par l’Auloue. Au matin du 9 juillet, le Gers atteindra la hauteur de 8 mètres 90 à Layrac, point de confluence avec la Garonne.

À 19 heures, alors que la pluie a cessé depuis 16 heures et que le Gers a amorcé sa décrue, le plan ORSEC est enfin mis en œuvre. Il mobilise jusqu’au 25 juillet 500 CRS, 250 secouristes de la Croix-Rouge et plus de 1 500 volontaires organisés au sein de 43 centres de secours déployés dans toute la région.

Le département du Gers comptera 51 communes touchées, plus de 6 000 sinistrés dont 5 000 à Auch, 16 morts, 2 200 maisons endommagées, 50 000 hectares ravagés et 18 ponts emportés. Les dégâts sont globalement estimés à 1 milliard de francs de l’époque.

Aujourd’hui , 40 ans après ces inondations , de nombreuses commémoration vont se tenir un peut partout dans la ville :

- Du 4 au 9 juillet , dans le centre Cuzin , une exposition est proposée, mêlant photographie , article de presse

- Samedi 8 Juillet :- à 11h00 visites guidées par Laurent Marsol sur le thème "Auch vue des Berges du Gers" .

- A 15 h, sur les rives du Gers entre les ponts de la Treille et du Prieuré, les Sapeurs – Pompiers présenteront le matériel dont ils disposent pour faire face à d’éventuelles catastrophes de ce type et effectueront des manœuvres dans le Gers.

- A 20h30 au théâtre de la ville , une soirée témoignage , des historiens , des secouristes et des victimes reviendront sur cette journée de 1977 où le Gers est sortie de son lit .

Plus d’infos : https://www.youtube.com/watch?v=ouL...